Internet.gouv.fr - L'action de l'Etat pour le développement de la société de l'information

 L’essentiel 

 Qui fait quoi ? 

 Dates clés 

 Chiffres clés 

 Agenda 

 Kiosque 

 Guides 

Vous êtes ici : Accueil > Société de l’information : les grands axes > Le plan RE/SO 2007 > Le plan RE/SO 2007 > L’actualité du plan RE/SO 2007

 Dix propositions pour l’avenir de l’industrie du jeu vidéo

Dix propositions pour l’avenir de l’industrie du jeu vidéo

Sommaire :

Proposition n°1, p1
Proposition n°2, p1
Proposition n°3, p1
Proposition n°4, p1
Proposition n° 5 et 6, p1
Proposition n° 7 et 8, p1
Proposition n° 9, p1
Proposition n° 10, p1

Le Premier ministre a rendu public un plan national de soutien à l’industrie du jeu vidéo samedi 19 avril 2003 à Poitiers. Inaugurant la Cité du numérique du Futuroscope, Jean Pierre Raffarin a réaffirmé l’importance de cette industrie culturelle de la société de l’information. Il a ainsi répondu aux dix propositions des professionnels du secteur (l’APOM ) pour un développement durable de l’économie vidéoludique française :

"Je voudrais vous indiquer aujourd’hui les réponses que mon Gouvernement, soucieux d’apporter son soutien à un secteur prometteur malgré ses difficultés actuelles, a apportées à ces propositions.

Proposition n°1

Eligibilité au « Plan Innovation »

La première de ces propositions consistaient à demander l’éligibilité des studios de développement de jeu vidéo au « Plan Innovation », et notamment aux exonérations fiscales en faveur des jeunes entreprises innovantes.

Je rappelle que le critère déterminant de cette éligibilité sera d’avoir au moins 15% de leurs dépenses consacrées à la recherche.

Or, les dépenses de développement dans le domaine logiciel, qui relèvent pour l’essentiel de dépenses de R&D, représentent en moyenne, d’après les chiffres dont nous disposons, 24% des charges des studios de création de jeu vidéo.

· Dès lors que les niveaux fixés par la loi seront atteints, les studios de jeu vidéo de moins de huit ans d’âge pourront être les bénéficiaires des dispositions fiscales en faveur des jeunes entreprises innovantes.

Proposition n°2

Refonte des procédures de l’ANVAR

L’APOM (Association des producteurs d’oeuvres multimédias ) s’est par ailleurs fait l’écho du souhait de la profession que les studios de création de jeux vidéo soient plus clairement éligibles aux aides de l’ANVAR pour les développements logiciels réalisés par les studios (par exemple, les moteurs de jeu) pour leurs besoins propres.

· Si l’inquiétude manifestée par l’APOM n’est pas complètement justifiée, puisque 50 dossiers jeux vidéo ont été aidés sur 5 ans par l’ANVAR pour 4,24 millions d’euros, la ministre déléguée à l’industrie, Mme Fontaine, se propose néanmoins de saisir l’ANVAR pour lui demander d’être attentive à ce type de projets, dès lors que leur caractère innovant sur le plan technique est avéré.

Proposition n°3

Refonte des procédures du RIAM

L’APOM a exprimé le même souhait s’agissant des aides distribuées dans le cadre du Réseau pour l’Innovation dans l’Audiovisuel et le Multimédia (RIAM).

On me permettra de rappeler qu’en 2002 le RIAM a déjà soutenu 9 projets dans le domaine du jeu vidéo, pour un montant d’aide global de 2,4 M€, dont 1,9 M€ apportés par le ministère de l’Industrie.

J’ajoute que le RIAM est déjà attentif, comme le montrent certains projets retenus, au soutien de projets de développement à l’usage interne des studios. Les Ministres de la recherche et de l’industrie veilleront à ce qu’une attention particulière soit accordée à l’avenir à cette demande de l’APOM.

· Je vous confirme par ailleurs aujourd’hui, comme je l’avais annoncé en novembre dernier, qu’un thème spécifique sur le jeu vidéo est intégré dans le nouvel appel à projet pour 2003 qui sera lancé lors des Journées Nationales du RIAM les 29 et 30 avril prochains.

Proposition n°4

Renforcer le FAEM

S’agissant des dispositifs de soutien financier à la pré-production des jeux vidéos, l’APOM a exprimé le souhait que la dotation globale du FAEM soit exceptionnellement augmentée, afin qu’une vingtaine de pré-productions puisse être soutenues en 2003.

L’APOM a également proposé que l’on passe d’un système d’avances remboursables à un système d’avances sur recettes comme il en existe dans le cinéma, avec le souci que les studios ne soient pas obligés de rembourser l’aide en cas d’échec de leurs projets.

Le Gouvernement a réservé un accueil favorable à ces propositions :

· En novembre dernier, j’avais annoncé que la dotation globale du FAEM serait portée à 6 millions d’euros, la ministre déléguée à l’industrie ayant apporté 1 million d’euros supplémentaire. La part réservée au jeu vidéo dans cette enveloppe n’avait pas été individualisée.

· J’annonce aujourd’hui que, en réponse à la crise que traverse le secteur et au regard de l’enjeu que constitue l’existence d’un pôle de création de jeux vidéo en France, un effort exceptionnel sera consenti en 2003. En effet, la part réservée au jeu vidéo dans le FAEM sera désormais individualisée et portée en 2003 à 4 M €, permettant ainsi au FAEM de financer 20 pré-productions à hauteur de 200 k€ chacune, en finançant ainsi 40% de leur coût moyen, évalué à 500 k€.

· J’annonce également que le soutien se fera, Mme Fontaine ayant souhaité apporter une réponse positive à la demande de l’APOM, sous forme d’une avance remboursable en cas de succès du projet, c’est-à-dire que le remboursement dépendra de la signature d’un contrat avec un éditeur.

· J’ajoute enfin que le jeu vidéo fait partie des deux sujets sur lesquels le ministère de l’industrie souhaite qu’un effort particulier soit ciblé par le FAEM, l’autre étant celui des contenus innovants pour les réseaux à haut débit.

Proposition n° 5 et 6

Création d’un fonds de soutien spécifique et de fonds d’Investissement de Proximité dédiés au jeu

L’APOM a proposé, pour prendre en copte un accès difficile de ce secteur au crédit, que l’action du FAEM soit prolongée par la mise en place d’un fonds de soutien spécifique et de fonds d’investissement de proximité.

La ministre déléguée à l’industrie a souhaité qu’une réelle attention soit apportée à la proposition de l’APOM de mettre en place un tel dispositif. Pour ma part je ne peux que souscrire à l’ambition d’un dispositif qui viserait :

-  Le renforcement du lien des éditeurs internationaux de jeux avec les studios français de production, contribuant ainsi à l’attractivité du territoire ;

-  la réduction du risque global pris par les éditeurs sur le financement des productions tout en conservant leur propre valeur ajoutée sur leur métier de base ;

-  plus largement, le développement des régions françaises dans les industries de l’intelligence et de l’innovation.

La mise en place d’un tel dispositif soulève cependant diverses difficultés légales et pratiques qui justifient qu’une réflexion plus approfondie soit conduite pour définir les moyens les plus efficaces d’améliorer l’accès de ce secteur à des financements appropriés.

· Je souhaite donc que la ministre déléguée à l’Industrie désigne avant l’été une personnalité qui aura pour mission d’approfondir la faisabilité du dispositif proposé et d’en analyser la cohérence par rapport à ceux existants pour les autres métiers de l’innovation et de l’image. Les conclusions de cette étude devront être remises à la ministre de l’industrie avant la fin de l’année 2003.

Proposition n° 7 et 8

Création de commissions mixtes chargées d’étudier l’adaptation de statuts sociaux à l’industrie des jeux vidéo et la définition d’un statut juridique spécifique aux jeux vidéo

L’une des propositions de l’APOM est que soient créées des commissions mixtes chargées d’étudier l’adaptation de statuts sociaux à l’industrie des jeux vidéo et la définition d’un statut juridique spécifique aux jeux vidéo.

· Je ne peux qu’indiquer à stade que, si de telles commissions venaient à être créées à l’initiative des acteurs ou de l’un des ministères concernés, je prendrais connaissance avec le plus grand intérêt de leurs travaux et de leurs conclusions.

Proposition n° 9

Création d’une école nationale des média interactifs

L’APOM et le SELL souhaitent la création d’une école spécialisée, pour la formation initiale et continue des métiers qualifiés dans la création de jeux vidéo, une telle école ayant vocation à constituer un pôle d’excellence européen, sur le modèle de ce qu’est la FEMIS pour les métiers de l’image.

J’observe que la ville d’Angoulême, qui accueille déjà des formations de haut niveau dans ce domaine, a engagé de longue date un dialogue à ce propos avec l’APOM et le SELL. La zone du Futuroscope et les formations dispensées par l’université de Poitiers contribuent également à faire de la Région Poitou-Charentes un terreau favorable à l’implantation d’une telle école.

J’observe également que la ville de Valenciennes et le Valenciennois ont également beaucoup investi dans ce secteur, à travers les écoles gérées par la CCI et les formations mises en place par l’université.

· Il me semble donc imaginable que cette école européenne du jeu vidéo, dans une configuration originale que permet la mise en réseau, se développe en associant ces deux pôles - la Région Poitou-Charentes et le Valenciennois - pour constituer un exemple de coopération entre collectivités, dans une dynamique réussie de « décentralisation de l’excellence universitaire ».

· Pour éclairer l’ensemble des acteurs, je souhaite qu’une mission de réflexion et de préfiguration sur la mise en place de cette école européenne du jeu vidéo soit confiée à un expert avant l’été. Il devra remettre ses propositions concrètes au Ministre de l’Education Nationale, à la Ministre déléguée aux nouvelles technologies et à la ministre déléguée à l’industrie avant la fin de l’année.

Proposition n° 10

Création d’un festival européen de la Création Vidéoludique

L’APOM a enfin proposé que soit organisée une grande manifestation centrée sur la problématique de la création de jeux vidéo et assortie d’un salon destiné au grand public.

Je ne peux que vous répondre que j’accueillerais favorablement une initiative de ce type, qui, de toute évidence, ne peut que résulter d’une initiative privée.

Je rappelle que Mme Haigneré a souhaité faire une large place au jeu vidéo dans les animations mises en place à l’occasion de la Fête de l’Internet en mars dernier, notamment dans le cadre du « concours du jeu logiciel libre », doté de 30 000 euros de prix.

Voici ce que mon Gouvernement peut faire, dans le prolongement de ce que j’avais indiqué en novembre dernier, pour apporter son soutien à ce secteur du jeu vidéo... Il s’agit d’une des facettes d’une politique en faveur de la société de l’information et de l’innovation qui est un des axes forts de l’action de mon Gouvernement, et qui mobilise -comme vous pouvez le constater avec la présence de deux ministres à mes côtés aujourd’hui - un important travail interministériel...

Au-delà de cet intérêt réaffirmé du Gouvernement, le secteur du jeu vidéo va par ailleurs bénéficier aujourd’hui, avec l’inauguration du pavillon du numérique du Futuroscope, d’une formidable vitrine pour illustrer sa force d’imagination, sa richesse, son sens de l’innovation...

« Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer », pensait Nietzsche... J’espère que le pavillon du numérique donnera envie à beaucoup d’entre nous de renouer, le temps d’une visite, avec l’immense créativité et la curiosité toujours renouvelée de cet enfant qui, en nous, veut jouer."

Extrait du discours du Premier ministre lors de l’inauguration du pavillon de la Cité numérique au Futuroscope de Poitiers, le 19 avril 2003.


 Plus d'infos :

-  Retrouvez l’intégralité du discours sur le site www.premier-ministre.gouv.fr

-  Le plan national de soutien à l’industrie du jeu vidéo (sur ce site)

-  Le site de l’APOM

-  Le site du Futuroscope

 Dans la même rubrique :


 ADELE - pour vous simplifier la vie
 Projet de loi relatif aux communications électroniques et aux services de communication audiovisuelle
 Le dossier Loi pour la Confiance dans l’Economie Numérique (LEN)
 Le Fonds d’Aide à l’Edition Multimédia va soutenir 23 projets de jeux vidéo pour 3,6 millions d’euros
 Mise en place de mon.service-public.fr
 Tous les articles...
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'adresse électronique du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre adresse électronique)

Imprimer L'article  Imprimer l'article
  Article au format PDF


Un service offert par la Direction du développement des médias (DDM)Accès au site Service Public
République Française   |   SIG © 2005   |   Plan du site | Éditeur